Aller au contenu principal

FAQ

Le FAQ s'adresse surtout aux élèves et aux étudiant(e)s mais aussi à toute personne intéressée au sujet du véganisme et ses contextes. Voici un résumé des questions d'interview fréquemment posées qui servira aussi d'aide aux travaux écrits.

Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, veuillez vous adresser à info@swissveg.ch. Nous vous répondons avec plaisir ! 

Style de vie végane

Définition du véganisme

L'expression "mode de vie végane" n'est pas protégée, de sorte qu'il n'existe pas de définition unique. En outre, le terme est très complet, ce qui rend également difficile de donner une définition courte et concise. Vivre végane signifie plus que simplement ne pas manger de produits d'origine animale. Il y a aussi différentes raisons de choisir ce mode de vie, comme les animaux, l'environnement et la santé. Par exemple, les véganes n'utilisent pas de produits contenant du cuir ou des cosmétiques qui ont été testées sur des animaux. Mais il y a aussi toujours des sujets critiques. Est-il raisonnable pour une personne végétalienne de garder un animal de compagnie ? Ou comment décider d'une maladie qui ne peut être traitée qu'avec des médicaments véganes ? Avec ces questions, les opinions divergent.

La vie végane est-elle chère ?

Non. Le prix dépend du type de nourriture que vous achetez. L'achat d'aliments fortement transformés (chips, plats cuisinés, etc.) est bien sûr beaucoup plus cher que celui d'aliments de base (pommes de terre, riz, lentilles, etc.). De plus, les produits d'origine animale (viande, fromage) sont très chers.

Quelles sont les meilleurs plans pour faire les courses en tant végane ?

Il existe de nombreuses possibilités de faire des courses véganes. En voici quelques pistes:  Courses

Pour quelles raisons les personnes se décident pour une alimentation végane ? 

Il y a de nombreuses raisons de choisir une alimentation végane. Les motivations varient de personne en personne. On pense par exemple à des raisons telle que l bien-être animal, la santé ainsi que des motivations éthiques et écologiques. Consultez notre site pour voir le sondage effectué à ce sujet : Sondage

Est-ce difficile de se nourrir de façon végane ?

Non.

Comme pour tout, il y a un certain changement au début, qui devient alors une nouvelle habitude. Il ne faut pas échouer au début à cause du perfectionnisme. Il ne s'agit pas de ne jamais se tromper, mais de vivre aussi végane que possible. A chaque pas dans cette direction, on a déjà contribué à promouvoir sa propre santé, à protéger l'environnement et à réduire la souffrance animale. Sous ces liens, vous trouverez des conseils utiles, comment remplacer le lait et les produits à base de viande: Comment remplacer oder GoVegan

 

Démographie

Existe-t-il un rapport entre le niveau de formation et la décision d'être végane ?

Les personnes véganes ont souvent une éducation supérieure (47%). Dans l'ensemble, les diplômés universitaires consomment moins de viande que la moyenne de la population. Plus le niveau d'éducation est élevé, plus cette personne est susceptible de manger végane. Cela tient au fait qu'elle est plus à même de comprendre le lien avec les conséquences environnementales et qu'elle est consciente que la consommation de viande nuit à notre planète. Dans les pays en développement, la viande est considérée comme un symbole de statut parce que seuls les gens riches peuvent se le permettre. Il y a quelques années, cette situation était similaire en Suisse, mais elle est en train de changer lentement. Plus une société est renseignée, plus une alimenation végétale est susceptible de se normaliser.

Y a-t-il une différence entre les sexes concernant le mode de vie végane ?

Il y a des différences entre les sexes. Surtout en Suisse, on remarque qu'il y a beaucoup plus de femmes végétariennes. Parmi les véganes, par contre, on compte plus d' hommes que de femmes, ce qui signifie que les hommes se passent complètement ou pas du tout de produits animaux. Voici le lien vers le sondage

 

 

Y a-t-il plus de véganes en ville qu'à la campagne?

Le nombre de personnes véganes en Suisse est nettement plus élevé dans les villes. Seuls 20% des habitants végétariens ou véganes vivent en milieu rural.

Quel est le pourcentage des véganes vivant en Suisse ?

Début 2017, environ 3% de la population suisse étaient véganes contre 11% de personnes végétariennes. Environ 18% ont déclaré être flexitariens. Voir le sondage en détail : Sondage

Qu'en est-il de l'histoire du véganisme ?

Le célèbre médecin Maximilien Bircher-Benner (1867-1939), l'inventeur du Birchermüesli, est considéré comme un pionnier de l'alimentation complète en Suisse. A partir de 1897, il a mis en œuvre ses directives nutritionnelles végétariennes dans la célèbre clinique privée du Zürichberg, où de nombreux patients importants ont été guéris jusqu'en 1994. En même temps, Ambrosius Hiltl a ouvert le plus ancien restaurant végétarien d'Europe, le Hiltl à Zurich. Informations plus détaillées sur le parcours historique du restaurant : Histoire

 

 

 

 

Santé

L'alimentation végane est-elle saine ?

L'alimentation végane peut être très saine ou très malsaine : le coca et les frites sont véganes, mais pas sains. En optant pour une alimentation saine, on consommera des produits frais, bio, complets et de saison pour assurer un régime équilibré. Les produits transformés ne devraient être consommés qu'avec modération. Pour plus de détails : Alimentation saine et équilibrée

Les personnes véganes sont-elles plus sains ?

Il n'y a pas de réponse générale à cette question. Si vous avez une alimentation variée, il est généralement plus sain de manger sans produits d'origine animale (plus de fruits et légumes). Cependant, il est également possible de manger des aliments végétaliens malsains, comme par exemple les frites et le cola. Avec un régime végane plutôt malsain, cependant, on ne consomme pas de cholestérol, que l'on ne trouve que dans les produits animaux. De plus, les produits véganes contiennent moins fréquemment des acides gras polyinsaturés. 

Une alimentation végane peut-elle avoir des impacts durables sur notre santé ?

La nutrition végétalienne, même pour ceux qui ne font pas attention à une alimentation particulièrement saine et fraîche, a une influence positive sur le taux de cholestérol : le cholestérol est contenu uniquement dans les produits animaux. Les acides gras polyinsaturés sont aussi fréquemment présents dans les produits d'origine animale. Dans l'ensemble, les personnes végétaliennes ont moins de surpoids et réduisent leur risque de développer une maladie cardiovasculaire ou un cancer. Il y a beaucoup plus de facteurs qui mènent à une maladie que l'ajout ou l'omission de produits d'origine animale : Il est donc essentiel de mener une vie saine : peu de stress, peu ou pas d'alcool, de l'exercice régulier, une alimentation riche en fibres avec beaucoup de légumes, fruits, légumineuses, etc. Pour plus d'infos voir le lien suivant : Alimentation saine

Les personnes véganes sont-elles carencées en calcium, en minéraux ou en vitamines ?

La seule vitamine qui doit être complétée dans un régime végétalien est la vitamine B12. Elle est produite exclusivement par des micro-organismes (bactéries) et se trouve dans les produits animaux. Elle se forme dans le corps de l'animal ou est ingéré par la nourriture. Cependant, il y a aussi des problèmes avec les animaux d'élevage en raison de l'utilisation d'aliments trop purs et inappropriés pour l'espèce. C'est pourquoi la vitamine est déjà mélangée directement dans le fourrage. Que la vache ou le bovin reçoive le complément alimentaire par l'intermédiaire de l'aliment et que vous couvriez vos besoins par le biais du détour par l'animal, ou que vous preniez le supplément directement vous-même : La vitamine B12 est pratiquement inexistante dans nos sols appauvris et doit être complétée. Une carence durable en vitamine B12 peut causer de graves dommages au système nerveux et au cerveau, car elle est particulièrement importante pour la formation des nerfs (y compris les synapses du cerveau). La vitamine B12 est également cruciale pour la formation du sang et sa carence entraîne une anémie pernicieuse. Il convient également de mentionner qu'une carence en vitamine B12 survient souvent chez les carnivores. Plus d'infos sur le sujet : VitamineB12

 

 

 

 

Et l'absorption de fer ?

Végane ne signifie pas sain ou malsain. Il est important d'avoir une alimentation équilibrée et fraîche. L'absorption de fer dépend également d'autres facteurs : les personnes végétariennes (y compris les personnes véganes) sont à peine plus souvent touchées par une carence en fer que les consommateurs de viande. La teneur en fer des produits laitiers n'est guère pertinente pour couvrir les taux recommandés, mais peut au contraire augmenter le risque de carence en fer. La vitamine C, par contre, favorise l'assimilation du fer. Pour plus d'infos, cliquez ici : Fer

Est-il possible d'être végane pendant la grossesse ?

On entend souvent dire qu'une alimentation végane ne convient pas aux enfants et aux femmes enceintes. Nous avons mené une enquête à ce sujet et avons reçu 120 bonnes réponses. Les mères suisses ont été interrogées sur la nutrition des bébés végétaliens pendant la grossesse et la première année de grossesse. Les résultats ont montré que les mères et les enfants végétaliens sont en tout aussi bonne santé que les consommateurs de viande. Il est important que les bébés reçoivent suffisamment de nutriments. Un apport en vitamine B12 est donc essentiel. La vitamine D devrait également être supplémentée. Pour l'évaluation complète de l'enquête, cliquez sur le lien suivant : VeganBaby

Est-il possible d'être végane en tant qu'athlète ?

Aujourd'hui encore, dans le monde du sport, de nombreuses personnes pensent que les protéines animales sont irremplaçables pour le développement musculaire, une opinion qui a longtemps été réfutée. Aujourd'hui, cependant, nous savons que les protéines animales sont acidogènes et pauvres en micronutriments. Les produits d'origine animale contiennent de nombreuses substances nocives (hormones, antibiotiques, vaccins et toxines de toutes sortes) ainsi que de nombreuses graisses saturées et du cholestérol. Toutes ces substances ne conviennent donc pas à une alimentation saine d'un corps d'athlète. Après l'entraînement, le corps doit recevoir toutes les substances dont il a besoin pour sa reconstruction : énergie, vitamines, antioxydants, sels minéraux, substances végétales secondaires, fibres, etc., bref toutes les substances présentes dans les aliments non transformés d'origine végétale. Pour les sportifs, la nutrition végétale offre un autre avantage très important : elle est très riche en glucides. Comme carburant pour les muscles et le cerveau, l'organisme n'a besoin que des glucides qui ne se trouvent pas dans les aliments d'origine animale. De plus, il existe de nombreux exemples d'athlètes qui réussissent et qui mangent des aliments végétariens ou végétaliens. Sous le lien suivant, vous trouverez plus d'informations : Sport

À quoi ressemble un régime végétalien équilibré ? Que dois-je savoir pour m'assurer que toutes les substances importantes sont couvertes ?

Un régime à base de plantes permet d'absorber pratiquement tous les nutriments sans aucun problème. Vous devriez vous assurer que vous mangez aussi varié que possible. Il est important de manger beaucoup de légumes, de fruits, de produits à grains entiers, de légumineuses et de noix et de faire attention aux produits qui ne sont pas transformés autant que possible. Sous le lien suivant (tableau des éléments nutritifs), nous avons compilé un tableau des éléments nutritifs qui est très utile. Tous les nutriments importants sont énumérés et indiqués dans quels aliments ils sont présents. Qu'on soit carnivore, de végétarien ou de végétalien, une alimentation équilibrée et saine est toujours importante.

 

 

 

Quels sont les effets positifs d'une alimentation végane sur mon corps ?

Il y a beaucoup d'effets positifs d'un régime végane. Il peut aider à réduire le risque de développer les maladies suivantes : Ostéoporose, maladies cardiaques, hypertension artérielle, diabète de type 2 et maladie d'Alzheimer. Le corps absorbe moins de polluants qui s'accumulent dans la chaîne alimentaire. Le risque de cancer peut également être réduit par une alimentation riche en fruits, légumes et fibres. Le régime à base de plantes peut aussi favoriser la perte de poids ou prévenir l'embonpoint. Pour d'autres effets positifs, cliquez sur ce lien Santé

écologie/éthique/politique

Quels impacts de la consommation de viande sur l'environnement ?

Il y a de nombreuses conséquences négatives pour l'environnement causées par la consommation de viande.

En Suisse, par exemple, on utilise trop d'engrais pour l'industrie de la viande. L'ammoniac et les oxydes d'azote (NOX) contribuent de manière significative à l'acidification du sol. La surfertilisation en quelques années transforme les prairies riches en espèces et aux floraisons colorées en prairies juteuses, vertes et grasses, qui produisent beaucoup de foin mais dans lesquelles seules quelques espèces végétales poussent. La biodiversité est en train de disparaître. Cependant, l'ammoniac a des effets dévastateurs non seulement sur le sol et l'air, mais aussi sur les plans d'eau. Entre autres, la surfertilisation provoque une croissance anormalement forte des algues, ce qui prive l'eau d'oxygène. Cela détruit des habitats importants. En Suisse, par exemple, les lacs Sempach et Baldegg doivent être "ventilés" artificiellement par des ventilateurs à oxygène en raison de l'eutrophisation. Dans de nombreuses régions agricoles de Suisse, on ne peut plus s'attendre à ce que la population utilise directement les eaux souterraines comme eau potable en raison de la forte charge en nitrates.

Un exemple d'un problème mondial favorisé par la consommation de viande est l'accélération du changement climatique. Nous laissons tous une empreinte écologique, en partie déterminée par notre alimentation. En tout état de cause, la production de produits d'origine animale produit plus d'émissions de gaz à effet de serre que la production de produits végétaux. La raison en est l'extension de la chaîne alimentaire par l'intermédiaire de l'animal, qui se nourrit de plantes. Il est donc incontesté que l'élevage joue un rôle majeur dans l'effet de serre. L'élevage des ruminants (bovins, ovins) est particulièrement problématique car des gaz (méthane) sont produits dans leur système digestif, qui pénètrent dans l'environnement et causent beaucoup de pollution. Il a été prouvé que la production animale contribue grandement aux effets négatifs du changement climatique.

Un autre problème mondial est la pénurie d'eau. 15'400 litres d'eau sont nécessaires pour produire un kilo de bœuf - une quantité inimaginable qui résulte des besoins en eau des animaux, d'une part, et de la culture d'aliments pour animaux, d'autre part. En revanche, la culture de 1 kg de pommes de terre ne nécessite que 300 litres d'eau. En raison de la consommation croissante de produits d'origine animale, l'agriculture mondiale a de plus en plus besoin d'eau. Malheureusement, la pénurie d'eau frappe toujours en premier lieu les couches les plus pauvres de la population. En raison de l'énorme demande en eau dans l'agriculture, de plus en plus de pompes sont utilisées pour pomper l'eau souterraine. Les agriculteurs pauvres ne peuvent se permettre que des pompes manuelles ou des pompes simples et inefficaces. Si le niveau de la nappe phréatique baisse de plusieurs mètres en raison d'une surutilisation, les nombreux petits puits s'assèchent d'abord parce qu'ils ne peuvent pomper l'eau des grandes profondeurs. Dans certaines régions de l'Inde, l'eau doit être pompée à plus de 1000 mètres de profondeur.

Ceux-ci sont loin de tous les effets de la consommation de viande sur l'environnement, plus d'infos en suivant le lien : environnement

 

 

 

Comment s'expliquer que la politique et la société n'incluent pas l'alimentation dans la discussion sur le climat ? 

C'est principalement pour des raisons économiques. Les lobbies de la viande et du lait sont économiquement forts et donc très influents, en partie à cause des subventions qu'ils reçoivent. Les politiciens suisses ne veulent pas s'attaquer à ce problème de peur de perdre leurs voix. Et les médias sont fortement tributaires des recettes publicitaires. Cependant, ils les reçoivent principalement d'associations économiquement fortes (p. ex. Proviande, Swissmilk). C'est pourquoi ils ne publient presque rien non plus contre la consommation de viande ou de lait. Heureusement, quelque chose est en train de changer dans ce domaine, puisque les producteurs de substituts de viande sont également de plus en plus forts et que la population est de plus en plus sensibilisée.

Comment juger la consommation de viande sur le plan moral/éthique ?

Il n'y a aucune raison morale ou éthique de consommer de la viande en tant qu'être humain dans notre pays. D'un autre côté, il y a de nombreuses raisons de s'y opposer. Le seul argument en faveur de la viande est le désir de la manger. Mais dans quelle mesure ce désir est-il réel ? Nous voulons un morceau de viande épicé et cuit, mais personne ne veut mordre dans un animal mort avec de la fourrure.

Y a-t-il des avantages dans l'élevage bio et dans la transformation de viande bio ?

D'un point de vue écologique et éthique, l'agriculture biologique est généralement meilleure que les méthodes conventionnelles. Cependant, la viande biologique n'est pas aussi performante que les légumes, fruits, etc. importés conventionnels. Pour de plus amples informations, voir : Gaz à effet de serre

Pourquoi une majorité de la population consomme-t-elle de la viande malgré tous les avantages de l'alimentation végane ?

Il y a beaucoup de gens qui n'ont pas abordé cette question et qui manquent donc de connaissances sur l'impact de la consommation de viande et de lait sur notre planète. Il y a aussi d'énormes lobbies qui n'ont aucun intérêt à éduquer l'humanité, parce que sinon ils feraient moins de profit. C'est ainsi que Swissmilk reçoit un soutien important de la Confédération, c'est-à-dire de l'argent des contribuables, pour sa publicité. Ils renforcent ainsi l'image du lait et diffusent l'opinion que le lait est sain et que l'organisme a besoin de lait pour son développement. En outre, les agriculteurs devraient également repenser leur approche et se concentrer sur d'autres produits. Mais ils n'en veulent pas, parce qu'ils reçoivent plus d'argent et de subventions pour la production d'aliments pour animaux. Ainsi, un changement se confronte d'abord à une grande résistance.

 

La consommation de produits d'origine animale est encore tellement ancrée dans notre société qu'un régime végétalien nage à contre-courant et nécessite souvent des explications. Il est une exception et est perçu comme différent. Beaucoup ne veulent pas cela. Parce que, surtout au début, un tel changement est repris de manière critique et fortement remis en question par l'entourage social. 

De plus, la nourriture est quelque chose de personnel et d'émotionnel. Tout le monde devrait commencer par soi-même et consommer de manière beaucoup plus consciente. En tant que non végétalien, un tel mode de vie semble presque impossible. Mais tous ceux qui ont adopté une alimentation végétale savent qu'en vérité, ce n'est pas du tout un problème contrairement aux idées reçues. Le plus difficile, comme pour beaucoup de choses, c'est le début. Beaucoup de gens ne veulent pas faire ce pas. De plus, on doit alors réaliser et admettre qu'on a fait quelque chose de mal et/ou de mauvais jusqu'à présent, ce qui est encore plus difficile.

Y a-t-il un besoin d'action politique pour réduire la consommation de viande ?

Oui, absolument. Au lieu d'une interdiction, une taxe sur la viande (comme dans le cas des cigarettes, par exemple) serait également une bonne alternative possible. En plus d'une taxe, nous devrions également modifier fondamentalement la politique de subventions dans l'agriculture et promouvoir l'économie suisse en n'important plus de produits de qualité inférieure. Les agriculteurs suisses devraient cultiver davantage de denrées alimentaires destinées à la consommation directe au lieu de cultiver des aliments pour le bétail sur les terres arables, ce qui renforcerait également la souveraineté alimentaire de la Suisse.

Dans quelle direction la consommation de viande va-t-elle évoluer dans les années et les décennies à venir ?

En Suisse, la consommation devrait rester stable ou diminuer légèrement. Si rien ne change sur le plan politique, il ne se passera rien d'important non plus avec les chiffres. La Confédération subventionne fortement le lait et la viande et compense même les fluctuations du marché par la congélation et le stockage de grandes quantités, etc. Ce n'est que si, par exemple, il est interdit d'importer des produits qui ne répondent pas à nos propres normes (foie gras de France, poulet du Brésil, produits à base d'œufs d'élevage en batterie produits à l'étranger), si les subventions sont distribuées de manière plus écologique (si les agriculteurs reçoivent plus de subventions pour les légumes, céréales et fruits que pour les produits animaux) et, surtout, si la population est informée, que la consommation peut diminuer efficacement et durablement. Lien vers le graphique : Consommation d'animaux

Comment la tendance actuelle vers le véganisme évoluera-t-elle à l'avenir ? 

A long terme, on ne peut pas contourner le fait que l'alimentation mondiale sera de plus en plus végétale. Selon l'ONU, il ne faudrait que jusqu'en 2050 pour qu'il n'y ait plus de poissons dans les océans du monde et que la production de viande ne puisse suivre la croissance démographique mondiale. Comme la production de viande nécessite beaucoup de terres et d'autres ressources naturelles limitées, il est impossible de la maintenir à long terme. Cela signifie que soit les gens passeront volontairement à un régime alimentaire plus durable, soit ils seront obligés de le faire dans quelques décennies, sinon ils ne seront pas en mesure de nourrir la population mondiale. Si nous ne commençons pas la transition maintenant, la lutte mondiale pour des ressources limitées va s'intensifier. Aujourd'hui encore, la petite Suisse doit importer chaque année environ 1 million de tonnes d'aliments pour animaux de l'étranger afin de maintenir la production suisse de viande. Pour ce faire, nous importons de l'étranger la même quantité de viande que celle que nous avons déjà produite en Suisse. La situation dans l'UE est encore pire. La Suisse et l'UE peuvent se permettre de cultiver des aliments pour animaux dans les pays pauvres. Cependant, à long terme, cela entraînera encore plus de famine dans ces pays, car leurs terres agricoles ne sont plus disponibles pour nourrir leurs propres populations et le sol est déjà fortement appauvri en raison des monocultures.

Supposons que les consommateurs suisses se passeraient désormais complètement des produits d'origine animale dans leur alimentation. Quels changements écologiques et économiques ce changement de cœur apporterait-il ?

De très grandes surfaces agricoles deviendraient disponibles, ce qui rendrait la Suisse indépendante des importations d'aliments pour animaux. Les zones alpines n'auraient plus besoin d'être utilisées à mauvais escient pour la production alimentaire et pourraient être rendues à la nature. L'industrie très déficitaire de la viande, qui n'est maintenue en vie que grâce à l'argent de nos contribuables, ne serait plus nécessaire. La Suisse économiserait des milliards d'argent des contribuables (subventions), qui pourraient être utilisés plus judicieusement. De nombreuses maladies de civilisation (diabète, surpoids, hypertension artérielle,...) diminueraient, ce qui allégerait le fardeau du système de santé. En Europe, l'industrie alimentaire suisse deviendrait pionnière en raison de la forte demande de produits à base de plantes savoureuses et pourrait également s'établir à l'échelle internationale en investissant dans ce domaine. Il existe déjà aujourd'hui des producteurs suisses de produits spéciaux à base de plantes qui exportent dans toute l'Europe. Ce secteur pourrait connaître une forte croissance. Les transformateurs de viande entreraient sur le marché des substituts de viande. Leur savoir-faire pourrait également y être utile en partie. Il y aurait certainement un moment pour se recycler, mais les consommateurs ne changeraient pas leur comportement du jour au lendemain, de sorte qu'il y aurait suffisamment de temps pour s'adapter à la nouvelle situation. En Suisse, bien sûr, cela résoudrait également le problème du lisier : trop de matières fécales pour trop peu de terrain. Les fèces animales étaient un bon engrais, mais à ce jour, il y a un vrai problème d'élimination. La Suisse pourrait (par le biais du FIBL) devenir un pionnier de l'agriculture biologique végétalienne. Ceci est encore pratiquement inconnu des agriculteurs suisses, car il y avait toujours trop de lisier et il n'y avait aucune raison d'apprendre à fertiliser les champs sans matières fécales. Depuis des décennies, il existe à l'étranger des élevages bio-véganes qui connaissent un grand succès. La Suisse pourrait ainsi s'empêcher d'être complètement abandonnée dans ce domaine.

 

Ce que vous voyez vous plait-il ?

Soutenez-nous

Spenden
Mitglied werden